DEMAIN LES CHATS (Bernard Werber)

Résumé :
C’est l’histoire de Bastet et Pythagore, deux chats voisins qui vont vivre en direct la destruction de Paris, par des fanatiques relligieux et l’invasion de la ville par les rats.
Ils vont devoir donner de leurs personnes pour sauver l’humanité.

Critique :
C’est la première fois que je découvre cet auteur, j’avais hâte de lire une de ses oeuvres.
Cette lecture fut instructive, on se mets très vite dans la peau des personnages, on s’imagine vivre cela avec eux ou tout simplement devenir eux.
Traiter le sujet du terrorisme qui est un sujet actuel, s’en inspirer pour reconstruire cette oeuvre.
Utiliser beaucoup d’histoires, de faits qui ont existés, rend la lecture que plus enrichissante.
On s’inspire encore plus, on se mets à la place de ces chats, qu’on emprisonne en quelque sorte, alors qu’eux disent être supérieurs.
Ce livre est une leçon de vie !
La violence, l’amour, le détachement, la solidarité entre espèces.
Qui l’eut cru, qu’un Lion se rallie à la cause des chats contre les rats, avec les humains.

Cette solidarité pour vaincre ce fléau, cette peste !
Bernard Werber m’a impressionné avec son oeuvre, ce côté si philosophique, j’en reviens toujours pas !
J’ai toujours vénéré les chats, et connaissait un peu son histoire avec la déesse Bastet, qui est l’un des personnages de cette oeuvre.Mais je n’avais aucune idée du restant, c’était instructif, et super intéressant.
Je recommande cette lecture tout en écoutant les 4 saisons de Vivaldi, que Bernard Werber a écouté durant la création de ce livre.

Il y a aussi des passages à morale, que j’ai beaucoup apprécié.

Je vous invite à aller le découvrir si ce n’est pas déjà fait 🙂

-Koko-Bernard Werber Demain les chatd

Publicités

ENTRE DEUX MONDES (OLIVIER NOREK)

Comme je le disais dans le précédent post de « Territoires » le premier roman que j’ai lu d’Olivier Norek, Jojo et moi avons eu l’honneur de le rencontrer au Salon du Livre à Narbonne.
J’avais beaucoup aimé l’auteur, et sa présentation de son dernier roman « Entre deux mondes ».
D’ailleurs, j’avais beaucoup détaillé l’histoire de l’auteur, et sa démarche lors de l’écriture « Entre deux mondes » dans le précédent post.

Je pourrai d’ailleurs en parler durant des heures.
Enfin, je vais vous faire un petit résumé et l’avis que j’ai eu en le découvrant.
Résumé :
Adam, officier du gouvernement syrien (gouvernement de Bachar) va fuir son pays en guerre avec sa femme Nora et sa fille Maya.
Il va organiser l’expatriation de sa famille, mais ne va pas partir tout de suite.
D’un autre côté, nous avons Bastien qui est flic, et qui va vivre à Calais suite au décès de son beau-père avec sa femme Manon et sa fille Jade.
Dès l’arrivée de Bastien à Calais, rien ne se passe sans être remarqué.
Petit à petit, nous allons suivre ces différents personnages dans leurs vies respectives.
Leurs destins, vont les faire se rencontrer et se lier d’amitié.
Critique :
Tellement de sentiments partagés au sein de cette découverte, frappante, triste et émouvante.
Ces personnages tellement touchants, qu’on a envie de les aider à travers ces pages, qu’on se sent tellement égoistes d’avoir un toit sur la tête, d’avoir de quoi se nourrir, de quoi se vêtir et tant d’autres… Notamment, être entourés de sa famille et de ses amis.
Bien sûr certains passages, sont toujours aussi fort, et toujours aussi durs.
J’ai beaucoup aimé la façon de séparer chaque parties du livre, avec un titre à chacun assez brut.
Et d’avoir également les différentes visions des faits, le côté des migrants et le côté des policiers.
J’ai beaucoup de mal à décrire, et à conter cette histoire tellement je reste encore sous le choc.
Je pense que vous l’aurez compris, je suis sans voix une nouvelle fois, et pour tout dire je ne me suis jamais interessé à cette histoire avant, et du coup j’ai fais des recherches sur internet, j’ai regardé des photos, des témoignages, et ça m’a beaucoup touché.
Je remercie l’auteur pour la dédicace de ce livre, et de cette découverte qui restera gravée.

-Koko-

Entre-deux-mondesOlivier Norek ENTRE DEUX MONDES.jpg

LE DERNIER VOYAGE DU VALENTINA (Santa Montefiore)

Résumé de l’auteur :

« 1971. Alba, une jeune fille belle et aisée, vit sur le Valentina, péniche amarrée à un quai de Tamise. Le jour où elle découvre à bord le portrait de Valentina, sa mère qu’elle n’a jamais connue, elle décide d’abandonner sa vie oisive pour partir à la recherche de ses racines.
Sourde aux avertissements de ses proches, qui la dissuadent de remuer le passé, Alba rejoint la côte amalfitaine, au sud de Naples, où sa mère a grandi. Ce qu’elle va découvrir va changer sa vie à jamais. »
Critique :
Dans ce récit, on découvre une fille rebelle Alba, qui vit totalement différemment que les autres. Son charme naturel, qui fait fondre toute personne croisant son chemin.
On s’imagine à sa place, pouvoir découvrir ses origines, en savoir plus sur sa défunte mère, on ne peut comprendre le refus de son père et de sa belle-mère.
Petit à petit, on se rend compte que parfois il vaut mieux enterrer le passé, ou ne pas s’en mêler pour ne pas découvrir des choses déplaisantes, ou parfois choquantes…
Les personnages sont attachants, et malgré leur passé sombre, on ne peut que les aimer.
Nous parcourons l’Italie à deux époques différentes, cette belle Italie qu’Alba ne pourra quitter.
J’ai bien aimé cette lecture, mais ce n’est pas un coup de coeur.

-Koko-Le dernier voyage du Valentina -Santa Montefiore.jpg

LES GENS DANS L’ENVELOPPE (Isabelle Monnin)

Résumé :
« J’achète à un brocanteur sur internet un lot de 250 photographies d’une famille dont je ne sais rien. Dans l’enveloppe il y a des gens, à la banalité familière, bouleversante. Je décide de les inventer puis de partir à leur recherche ». Les gens dans l’enveloppe, un roman, une enquête.
Roman :
1978-1988
Laurence jeune fille, qui vit très mal le départ de sa mère, reste avec son père et ses grands-parents. Elle ne vit que par attente de revoir sa maman…
Elle rencontre un garçon du nom de Sébastien, qui va lui faire reprendre gôut à la vie. Mais malgré cela, elle est tellement seule, qu’elle décide de partir à la recherche de sa mère qui est partie en Argentine avec son nouveau copain Horacio.
1977-1978
Michelle, la mère de Laurence est fan de mobylette spécialement celle de son père qu’elle a gardé, elle se régale à passer les virages à toute vitesse, comme elle le faisait autrefois lorsque son père était toujours en vie.
Sauf que chaque fois, elle multiplie les riques, le soir avec les phares éteint, et elle ferme même les yeux… Jusqu’à ce jour où elle eu l’accident.
Seule la vie l’a fait vibrer.
Etant donné qu’elle ne peut pas réparer la mobylette pour le moment, elle s’ennuie et commence à réfléchir sur sa vie qu’elle trouve monotone.
Elle s’échappe de son quotidien lorsqu’elle rencontre Horacio. Ils vont devenir amants, et elle va finir par quitter son pays, et partir avec lui en Argentine. Elle va quand même être triste de quitter sa fille et son ancien mari…
Enquête :
L’auteure va aller à la rencontre de ses photos, elle va rencontrer les vrais personnages et c’est juste incroyable.
Critique :
J’ai pu découvrir ce livre, en le trouvant par hasard dans un magasin, en lisant la 4ème de couverture, je me suis dit que ça allait être une nouvelle expérience.
Pour tout dire, je ne suis pas du tout déçue, ça change des styles habituels.
Je suis encore toute émue, c’était une oeuvre vraiment belle.
Il y a tellement de familles qui cachent des secrets, qui sont parfois difficile à atteindre, et là c’est toute juste impressionnant !
Je me suis être le « Je » de l’histoire, les photos sont l’instant présent qu’on veut immortaliser. Et l’auteur a réussi à partir de rien, à faire vivre ses personnages, cette façon d’y parvenir, ça paraissait tellement réaliste. Et dans l’enquête, on découvre une autre version, malgré des similitudes, mais les personnages sont tellement touchant…
C’est bluffant !
Si on pouvait faire ça pour chaque photo, pour chaque famille, et pouvoir retrouver la version finale !
Je recommande vivement cette lecture.
Petit mot de la fin :
Petite passage que j’ai bien aimé :
« Laurence qu’ils ne faisaient que ça : le soir, on jouait aux cartes et on lisait des Agatha Christie ». Etant une grande fan d’Agatha Christie, j’ai beaucoup aimé, surtout que l’époque s’y prête.
Citation plutôt connue :
« Quand il y a de l’ombre, il y a toujours de la lumière et une simple bougie suffit à éclairer l’ombre. La lumière gagnera toujours. »
Si vous le l’avez pas encore lu, qu’attendez-vous? Allez vous le procurer.

-Koko-Les gens dans l'enveloppe Isabelle Monnin m

UNE MÉMOIRE D’ÉLÉPHANT (Agatha Christie)

Résumé :

Mr et Mrs Ravenscroft forment un couple, avec deux enfants.
Tout va bien dans leur vie, mais survient un drame.
On évoque le double suicide, lorsqu’on les retrouve sans vie derrière leur maison.
L’enquête de police ne révèle rien d’autre que le double suicide, et l’affaire se retrouve classée.
C’était sans compter sur Adriane Oliver & le célèbre détective belge Hercule Poirot.
Critique :

Comme à son habitude, Agatha Christie nous brouille sans cesse les pistes, nous soupçonnons à chaque fois des personnages différents… et nous ne parvenons pas à conclure l’identité du tueur.
J’ai eu beau m’organiser différemment en faisant un « BrainStorming » de toutes les informations récoltées, je ne m’attendais pas à ce fil si difficile à démêler.
En tout cas l’histoire est intéressante, et ne ressemble pas aux précédentes que j’ai pu lire de l’auteure.
Je ne suis pas déçue d’avoir redécouvert une nouvelle histoire d’Agatha Christie.

-Koko-

Agatha Christie Une mémoire d éléphant.jpg

ROSE (Tatiana de Rosnay)

Résumé :

Paris sous le Second Empire. Les ambitieux travaux d’Haussmann détruisent des quartiers entiers, générant des milliers d’expropriations douloureuses. Loin du tumulte, Rose Bazelet mène une vie paisible, au rythme de sa lecture du Petit Journal et de ses promenades au Luxembourg. Jusqu’au jour où elle reçoit la fatidique lettre du préfet : sa maison, située sur le tracé du boulevard Saint-Germain, doit être démolie.Liée par une promesse faite à son mari, elle ne peut se résoudre à partir. Contre le baron, contre l’empereur, Rose va se battre pour sauver la demeure familiale qui renferme un secret jalousement gardé…

Critique :
On apprend au fil des pages la vie que mène Rose Bazelet.
Ses malheurs, ayant perdu à la fois sa belle-mère puis son mari, et enfin son fils.
Il ne lui reste que sa fille, avec qui elle n’est pas très proche.
Heureusement, elle est épaulé de ses amis, et de ses voisins.
Elle continue de se battre pour continuer à vivre.

Nous nous imaginons vivre à sa place, et imaginons la douleur qu’elle peut ressentir, en se sentant terriblement seule, à son âge qui commence à s’avancer.
Nous sentons également l’amour fort qu’il existe entre Rose et son mari, cet amour si pur, si fort. Cet amour qui à notre époque ne représente pas la même puissance.
Peu à peu, Rose reprend goût à la vie, grâce à ses amis, elle s’initie à la littérature classique (Flaubert, Zola, Beaudelaire).
Vers la fin du livre, elle nous livre son terrible secret, et nous comprenons alors le sens de son attachement à sa demeure, et pourquoi elle va y rester jusqu’au bout.
La fin est assez émouvante, j’ai beaucoup apprécié la note de l’auteur et la découverte de cet ancien et nouveau Paris.
Très belle oeuvre fictive.

-Koko-Rose

ASPHYXIE (Laura Trompette)

Résumé :

Charlotte Paoli, et Hugo Decroix sont un couple qui vivent ensemble depuis bientôt 7 ans.
Hugo est docteur en droit, et Charlotte capitaine de la brigade criminelle de Paris.
Une affaire complexe va voir le jour (l’enquête des pendues) , et Charlotte se doit de la résoudre.
De plus en plus de distance s’initie dans leur couple.
Charlotte va avoir des doutes, notamment sur la fidélité d’Hugo, mais derrière l’enquête qu’elle va faire sur son petit-ami, elle va découvrir un lourd secret.

Critique :
Toujours aussi plaisant, et facile à lire. J’aime particulièrement les mots, les citations, les blagues qu’utilise l’auteure.
Tout me plaît dans cette lecture, malgré que l’enquête est assez simple…
Nous savons à l’avance un peu ce qu’il va se passer, mais nous avons toujours envie de continuer la lecture, savoir si cela est pas trop simple à deviner et quand fait on se trompe complètement. Malgré ce petit point, c’était agréable de le lire, et je le recommande.
Il y a une certaine morale, et tellement de sentiments qu’on ne peut qu’imaginer.
Un attachement aux personnages, mais aussi une remise en question à des moments, on s’y prend tellement qu’on réfléchis beaucoup à ces personnes que l’on ne connaît pas vraiment au fond.
Encore ravie d’avoir pu redécouvrir l’auteure.

-Koko-Ashyxie Laura Trompette &