LE POIDS DE L’AMOUR (Mary Westmacott)

Petit résumé :

Angela Franklin et Arthur Franklin ont deux enfants nommés Charles et Laura.

Ils ont une préférence pour leur petit garçon qui est drôle et actif contrairement à Laura qui est plutôt réservée et qui reste dans son coin.

Charles tombe gravement malade et meurt. Le monde s’écroule pour Angela.

Son mari l’emmène à l’étranger pour atténuer leur chagrin.

Laura reste seule à la maison avec les nurses et s’invente le retour de ses parents :

« Laura, ma chérie. Je n’ai plus que toi au monde aujourd’hui. »

Sauf que ses parents ne sont pas démonstratifs comme le voudrait Laura.

Lors du retour des parents, Angela apprend à sa fille qu’elle est enceinte d’une petite fille.

C’est un effondrement pour Laura, elle ne rêve que d’une chose prier pour que sa petite sœur Shirley aille au ciel.

Elle demande de l’aide à la dame au voile bleu en lui offrant une bougie à l’église.

N’ayant pas de résultats concluants, elle s’adressa directement à Dieu.

La demeure familiale va soudainement prendre feu, et Laura va sauver sa petite sœur des flammes.

Grâce à cet incident Laura va beaucoup changer et ne vivre que pour le bonheur de Shirley.

Je ne vous raconterai pas la suite car il y a beaucoup de péripéties qui sont importantes dans ce livre, et que ne peux pas les expliquer comme le fait si bien l’auteur.

Critique :

Livre très facile à lire. J’avais déjà lu un livre de Mary Westmacott (Loin de vous ce printemps) que j’avais particulièrement apprécié. Cela change du policier comme le fait si bien Agatha Christie. Pour ceux qui ne savent pas Mary Westmacott est le pseudonyme utilisé par Agatha Christie pour écrire des romans plus romantiques que policiers. Je ne sais pas si je suis la seule, mais nous retrouvons quelque brins d’Agatha Christie dans ce livre de Mary Westmacott. J’ai trouvé ça particulièrement agréable.

J’ai bien aimé l’histoire, avec ses personnages touchants. La pauvre Laura qui aime plus qu’elle n’est aimée. Son ami Baldy qui est également de bons conseils.

Je trouve que dans son roman, Mary a voulu y insérer une morale, il y a pas mal à prendre en compte dans « Le poids de l’amour ». La façon étouffante d’aimer quelqu’un, ou d’être aussi détachée…

Je vous mets une citation que Laura évoque :

<<Baldy le savait, reprit lentement Laura. C’est cela qu’il voulait dire quand il remarquait : « Vous n’auriez pas dû faire cela, jeune Laura. » Il m’a prévenue, il y a très, très longtemps. « Ne vous en mêlez pas. » Pourquoi croyons-nous savoir ce qui vaut mieux pour les autres?>>

En tout cas, je suis une nouvelle fois conquise. Je suis une très grande fan d’Agatha Christie, mais maintenant également de Mary Westmacott 😉

72230617_14336907

-Koko-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s